Mon semestre sans papier…

Les notes de cours, recueils de notes et paperasse générale de ma première année universitaire à la droite et le papier utilisé ce semestre à la gauche.

Ce semestre, les étoiles se sont alignées afin de me permettre d’essayer quelque chose que j’ai toujours voulu essayer : un semestre sans papier. Avec la plateforme en ligne «clic» qu’on utilise depuis plusieurs années, je savais que mon rêve était atteignable. Cependant, j’étais tellement habitué d’avoir du papier entre les mains, que j’imprimais toujours mes notes de cours afin de suivre en classe et pour les étudier avant les examens. De plus, plusieurs professeurs sont encore dans le mode d’autrefois et nous offraient des recueils de notes que l’on achète à la librairie acadienne au début du semestre.  Il ne faut pas oublier qu’il aurait été difficile de faire un semestre sans papier lorsque j’avais des cours de chimie et de physique qui demandent plusieurs calculs. Je suis très habile avec les TIC, mais effectuer des calculs stœchiométriques sur mon portable n’est pas très efficace d’après moi. Pour ajouter aux obstacles, mon portable que j’ai eu de la première année jusqu’au début de ce semestre, n’avait pas une pile très durable. Mon PowerBook G4 n’aurait pas pu rester allumé pour la durée de plusieurs cours afin de me permettre de prendre des notes numériques.

Après les premières rencontres avec mes professeurs du semestre présent, j’ai réalisé que j’avais des professeurs très avancés dans le monde technologique. Tout le contenu des cours allait se trouver sur clic et tous les projets allaient être téléversés dans la boite de dépôt du cours. Il était aussi encouragé d’utiliser nos portables en classe. Comme si un don du ciel m’était donné, je me suis procuré un MacBook Pro à l’occasion avec une pile flambante neuve qui était capable de me donner environ 5 heures de travail sans source d’alimentation. Les éléments étaient tous présents, il ne manquait que de passer à l’action et trouver des manières de vivre pleinement dans le monde numérique durant le semestre.

Agenda électronique

iProcrastinate sur mon ordinateur

D’abord, j’ai dû éliminer les «post-its’s» et l’agenda traditionnel pour m’organiser durant le semestre. Avec l’introduction du «Mac App Store» j’avais une panoplie de choix pour des agendas électroniques. Je suis tombé sur un logiciel gratuit qui se nomme «iProcrastinate». Ce logiciel m’a permis d’organiser les dates de remises de tous mes travaux et j’étais même capable de faire mes propres listes de vérification afin de visualiser mon progrès. J’étais aussi capable de coder les différentes tâches par une couleur qui me disait de quelles cours il s’agissait. Il était aussi possible de synchroniser mes tâches entre mes ordinateurs et mon iPhone par l’entremise de DropBox que je mentionnerai plus tard dans mon article. De plus, le logiciel m’avertissait lorsque j’avais un projet dû ou un examen imminent. Bref, je recommanderais cette application pour les gens qui aimeraient s’organiser sur leurs ordinateurs gratuitement. Il y a surement des applications avec plus d’options si vous êtes prêt à dépenser un peu d’argent, mais pour mes besoins, iProcrastinate était l’option optimale. Pour ce qui est de mon habitude d’utiliser des notes «post-it», Mac offre une fonction très utile qui s’appelle : aide-mémoire ou «stickies» en anglais. Cette application permet la création de «post it» numérique qui se «colle» sur votre bureau de Mac OS X.

Un Post-It numérique sur mon bureau de mon ordinateur

Prise de notes en classe et étude

La plupart des notes de cours sont distribuées en fichiers PDF. à l’université. Il s’adonne qu’on est capable de se faire des annotations directement sur des PDF. dans l’application «aperçu» de Mac OS X. (Sur PC on peut le faire dans Acrobat Reader) Je suivais donc simplement les notes de cours sur mon portable et lorsque le professeur avait des ajouts à faire, je créais une petite annotation et je tapais ce qu’il disait. Ensuite, il suffisait de sauver le PDF. avec les modifications que j’avais faites.

Maintenant, l’étude était un peu plus difficile pour moi, car j’étais habitué d’avoir du papier entre les mains. Cependant, je me suis habitué de regarder un écran d’ordinateur au lieu des feuilles imprimées. Je pense que ma transition aurait été un peu plus facile si j’avais eu un iPad ou une autre tablette numérique durant mon étude, mais je suis quand même un étudiant et s’aurait fait une autre dépense que je ne peux pas vraiment justifier.

Connectivité

Les astuces qui suivent ne sont pas directement reliées à mon semestre sans papier, mais ils m’ont aidé à vivre plus facilement dans un monde numérique pendant le semestre.

Faire suivre mes courriels étudiant :

Pour une raison ou une autre, la DGT de l’université de Moncton ne donne pas les coordonnés nécessaires afin de recevoir nos courriels sur nos téléphones intelligents ou dans un hôte de courriel comme Outlook ou Mail. Avec l’achat de mon iPhone et ses fonctions de courriel avancées, j’étais très déçu que je n’étais pas capable de recevoir mes courriels étudiant «on the go». Au lieu, je devais me contenter de recevoir mes courriels Hotmail sur mon téléphone. Cependant, un jour, j’ai réalisé qu’on est capable de faire suivre tous les courriels de notre compte étudiant à un autre courriel. Eurêka ! J’ai donc été dans mes paramètres de mon courriel étudiant et je l’ai dit de faire suivre tout les courriels à mon compte Hotmail. Donc, maintenant, mon téléphone vibre lorsque je reçois un courriel Hotmail OU un courriel étudiant. Le seul problème ici, est que si je réponds à un courriel étudiant de mon téléphone, je réponds à partir de mon Hotmail. Donc, lorsque je dois répondre un courriel étudiant je dois aller dans safari et ouvrir une session de courriel.umoncton.ca ou me trouver un ordinateur. Bien que cet obstacle est un peu irritant, je ne rate jamais les courriels importants.

DropBox :

J’utilise DropBox depuis plusieurs années et je ne sais pas comment j’étais capable de fonctionner avant son introduction. Cette application introduit un dossier sur votre ordinateur qui est synchronisé à votre compte en ligne. C’est essentiellement une clef USB en ligne. On peut télécharger nos fichiers de n’importe quel ordinateur qui est connecté à Internet et on peut aussi installer DropBox sur plusieurs ordinateurs afin de transférer instantanément des fichiers. Ce qui est plaisant de DropBox, c’est que le dossier se synchronise à chaque modification que l’on fait à un document. Donc, chaque fois que sauvegarde un document, les modifications sont soumises en ligne tout de suite. Si jamais mon ordinateur tombe en panne, mon document sera sauvegardé en ligne et je n’aurai rien perdu.

Conclusion

Je sais qu’il ne serait pas possible de faire chaque semestre sans papier, ou faire cette expérience dans un milieu scolaire, mais j’espère que vous pourrez apprendre des petites astuces afin de sauver du papier et en fin de compte, des arbres. Dans ces temps modernes, chaque petite action verte peut faire une différence pour nos enfants et nos petits enfants. Si vous devez utiliser du papier, essayer de recycler le plus possible.

About these ads

4 thoughts on “Mon semestre sans papier…

  1. Billet intéressant! Ton billet offre de bons conseils et alternatives à des utilisations communes des différents outils utilisés dans un semestre. C’est un défi que j’aimerais bien réaliser, mais comme toi, il me manque un outil à l’atteinte de ce but. En effet, un Tablet PC ou l’équivalent doté d’un stylet me serait essentiel, car ma construction de connaissances se fait souvent à l’aide de flèches, de petits dessins ou de cadres lors de la prise de notes en salle de classe. Mes informations s’organisent souvent de façon dynamique et des liens s’établissent à mesure que mes connaissances se construisent. Au niveau universitaire, où l’information est souvent livrée avec une cadence démentielle, je crois que même avec une bonne maitrise d’outils permettant des annotations ou l’ajout d’indicateurs visuels, mon processus ne serait pas autant personnalisé et rapide que l’efficacité et la rapidité du crayon en lien direct avec ma pensée. Je dois préciser que c’est le seul obstacle à une transition vers un semestre sans papier que je perçois, à l’exception des cours nécessitant des calculs complexes.

  2. Intéressante expérience du 0 papier. Je note malgré tout que cette méthode nécessite a priori d’être connecté à internet assez souvent (ne serait-ce que pour les courriels et Dropbox). Vous avez certainement la chance de pouvoir avoir un connexion permanente au sein de votre université, ici (en Suisse), ce n’est pas le cas. J’avoue que je ne sais pas comment je ferais. Evidemment un abonnement data serait utile, mais le prix prohibitif, notamment pour un étudiant risque d’être un frein. J’utilise mon ipad de plus en plus professionnellement. Une formidable machine. Mais avec lui, je suis toujours en train de préparer à l’avance tout les documents necéssaire, car j’ai souvent peu de chance d’avoir accès à du wifi.
    En tout cas bravo et merci pour ce retour d’expérience instructif !

  3. Un autre support et une autre façon de réagir et de penser mais dans nos sociétés basées sur l’écrit il me semble assez difficile de s’en extraire!! À suivre…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s